Histoire du thé

Histoire du thé

L’aventure de la boisson reine !

histoire du the


Quelle est l’histoire du thé ? D’où vient-il ? Comment est-il arrivé en Europe ? Il y a-t-il des anecdotes à propos du thé ? Répondons ensemble à toutes ces question !

Par ici pour tout achat de thé.

 

 

L’histoire du the commence en Asie :
Le commencement :

Il existe de nombreuses légendes autour du thé. Pour ce qui est du côté historique, on pense que le thé vert a vu le jour au 2ème siècle av JC, sous la dynastie des Han de l’Ouest.

C’est le premier type de thé à avoir été employé, les autres (blancs, noirs, Pu Er et Oolong) sont plus récents. On commence à cette époque à l’utiliser pour son goût, mais on ne tarde pas à se rendre compte que le thé est excellent pour la santé ! Antifatigue, bon pour la vue, soutien spirituel, le thé intègre le quotidien des dignitaires Chinois pour devenir plus consommé que l’eau seulement 2 siècles plus tard !

Etroitement lié à la spiritualité, on en place même des feuilles et des graines dans les tombeaux.

 

 

Le thé se démocratise :

Il faudra attendre le 8ème siècle ap JC, sous la dynastie des Tang, pour voir apparaitre « Le classique du thé » de Lu Yu, ouvrage consacré à la fameuse plante. C’est aussi à cette époque que le thé s’étend à toutes les couches de la population.

A cette époque on trouve le thé sous forme de brique formée par de la poudre de feuille de théier. Pour la petite histoire, il était courant d’ajouter du sang à la poudre pour façonner la brique (non le thé rouge ne vient pas là !).


Exemple de briques de poudre de thé

Exemple de briques de poudre de thé


Avant de le bouillir, on la faisait généralement griller pour tuer les vers et nuisible qui aimait s’y réfugier (quelle belle époque !), et on le buvait salé et non sucré !

Déjà à cette époque, on aromatisait le thé avec des fleurs, des légumes et des épices.

A l’image du poivre, les Chinois se servaient des briques de thé comme monnaie d’échange, notamment avec les Mongols qui, même de nos jours, ont conservé la manière de le préparer de l’époque (salé).

 

 

Le thé évolue :

Plus tard, sous la dynastie des Song du Nord au 10ème siècle, on commence à préparer le thé fouetté. Toujours sous forme de poudre, on le fouettait avec une fine tige de bambou jusqu’à ce qu’il mousse. Un vrai cérémonial toujours d’actualité au Japon !


Exemple de the fouetté au bambou

Exemple de thé fouetté au bambou


On dit que l’empereur de l’époque, Huizhong, imposait que son thé soit cueilli au lever du soleil, par de jeunes vierges aux gants blancs, qui ne prélevaient avec leurs ciseaux d’or que les plus tendres bourgeons.

 

 

Arrivée au Japon :

C’est au 12ème siècle que le thé est exporté au Japon. Il serait arrivé par le biais d’un moine zen nommé Eisai.

Il y deviendra au 15ème siècle un véritable art de vivre, étroitement lié à la philosophie Zen. Le breuvage s’étend alors à tous les Japonais qu’ils soient paysans ou samouraïs.

 

 

Apparition du thé contemporain :

A la fin du 14ème siècle, le premier empereur de la fameuse dynastie Ming (Hongwu) a complètement bouleversé les habitudes de préparation du thé.

Il imposa un décret impérial afin que le thé soit apporté en feuilles et non plus en brique de poudre. Même si ça paraît anecdotique, ce décret a eu un énorme impact et a mis sur pied la consommation du thé contemporaine !

On ne prépare alors plus le thé bouilli, ni fouetté, mais infusé. On ne conserve plus le thé sous forme de brique mais dans des boîtes à thé, et on le prépare désormais dans une théière. On ne le boit plus dans un grand bol que l’on partage avec les convives mais dans des tasses individuelles.

Oui oui, tout comme aujourd’hui, tout ça en un décret !

 

 

Arrivée du thé en Europe :

Ce sont les navigateurs Portugais qui importent en premier le thé en Europe au milieu du 16ème siècle, et pas de Chine mais du Japon.

Ils importent aussi leurs habitudes de consommation et le thé devient vite la boisson phare de la cour royale portugaise où on prend la coutume de le boire.

En Russie et en Europe de l’Est, le thé arrive via la route de la soie depuis la Chine. Ce n’est qu’au milieu du 17ème siècle qu’il arrive dans le pays du thé, l’Angleterre, où il est d’abord utilisé comme médicament.

En 1658 on trouve pour la première fois du thé en vente dans le coffee house de Thomas Garraway, qui sera racheté 50 ans plus tard par Thomas Twining. Twining ? Eh oui la maison a plus de 300 ans d’existence !

La consommation du thé va mettre une dizaine d’années à se généraliser dans le pays par le biais de la princesse portugaise Catherine de Bragance. En effet, elle se marie en 1662 avec le roi Charles II d’Angleterre, et ramène du Portugal un stock de thé et d’accessoires qu’elle va vite populariser dans le pays.

La fameuse cérémonie du « Five o’clock tea » vient de la duchesse de Bedford qui imita en fait une habitude Française ! Cette habitude a vite conquis l’Europe entière dans la haute société, d’abord par snobisme, puis par goût.


Illustration du five o'clock tea time

Illustration du five o’clock tea time


Les premiers colons anglais émigrés en Amérique embarquent leur (courte) tradition du thé. Mais l’Empire Britannique qui imposait des taxes tellement lourdes, entraina le « Boston Tea Party » : 16 décembre 1773, Boston, les colons exaspérés par les taxes exigées, jettent 342 caisses de thé par-dessus bord.

Cet évènement entraina de nombreuses réactions. On dit que le « Boston Tea Party » fait partie des évènements symboliques provoquant la guerre d’indépendance américaine qui engendra la création des Etats-Unis.

 

 

La bataille économique :

La Compagnie des Indes Hollandaises est la première à avoir le monopole du commerce du thé vert, mais les Anglais, comprenant vite les enjeux économiques, ont vite essayé de récupérer ce monopole.

Les Anglais et les Hollandais ont mené une véritable guerre (économique) du thé pendant 2 siècles (17 et 18ème).

Le jardin à thé du monde est à cette époque la Chine, le Japon ayant interdit le commerce avec le monde occidental durant toute cette période. Les Anglais (Britanniques) ont vite gagné la bataille économique contre les Hollandais, installant un formidable système de commerce en Asie.

En effet, il faisait produire de l’opium en Inde dont il se servait de monnaie d’échange pour acheter du thé en Chine, qu’ils importaient pour le commercialiser partout en Europe. Malin !

Pourtant la Chine va vite s’opposer à la vente d’opium ce qui va entraîner deux gros conflits avec les Britanniques : les guerres de l’opium. Ces derniers victorieux auront non seulement le droit de continuer leur petit business, mais coloniseront aussi Hong Kong !

La majorité des thés consommés de nos jours, provient d’une variété d’Inde et de Ceylan (Sri Lanka), et son histoire n’est pas banale : En 1834, les Britanniques perdent le monopole du thé en Europe. C’est alors qu’ils ont l’idée de lancer leur propre culture du thé dans leurs colonies indiennes. Pour ce faire, ils envoient Robert Fortune en Chine afin d’espionner leur savoir-faire. Cocasse, car c’est déguisé en Chinois qu’il mettra en scène son rôle d’espion (non ce n’est pas une blague !).

Et le pire, c’est que sa mission fut un franc succès, car il réussit à ramener en Inde 8 des fabricants les plus réputés, ainsi que plus de 20 000 théiers.


photo de robert fortune

Photo de Robert Fortune (difficile de l’imaginer grimé en Chinois !)


Ces théiers prirent très vite dans la région d’Assam et la culture se répandit à vitesse grand V ! Vous pouvez remercier Robert Fortune quand vous dégustez votre thé !

C’est à cette époque que Thomas Lipton s’installa à Ceylan (Sri Lanka) et commença à exporter vers l’Angleterre.

 

 

Quelques généralités :

Aujourd’hui, le thé est la boisson la plus consommée dans le monde après l’eau. On en consomme plus de 10 000 tasses par seconde !

Le thé vert représente 18 % de la consommation de thé mondiale, et le thé noir, 80 %.

La Chine reste le premier pays producteur, suivie de l’Inde et du Kenya. Le thé vert est le plus consommé en Asie, les japonais ne consomme d’ailleurs que celui-là (ou presque). Les grands thés verts sont parmi les plus chers du monde.

Le plus cher du monde coûte 27 000 € les 500 g et pour la petite histoire, il pousse dans de la bouse de panda !

Il existe plus de 2500 variétés dans le monde, soit plus que de vins.

 

Une remarque, une question, un conseil ? Commentez donc l’article !

 

Posté dans Articles de fond. Mettre en favoris lien.

2 réponses à Histoire du thé

  1. Benjamin - L’île aux épices dit :

    Bonjour Laura,

    pour être franc c’est la première fois que j’entends cette histoire à propos du thé. Il ne faut pas oublier qu’il existe de nombreuses légendes autour du thé surtout en ce qui concerne le Earl Grey (thé à la bergamote), celle-ci est inconnue au bataillon de notre côté !

  2. laura dit :

    je recherche desesperement une histoire que j’ai entendu : du thé de contrebande aurait été jeté a la mer pour echapper a la police. une fois recuperé les contrebandiers aurait fait séché le thé. mais commeil aurait pourri ils auraient mis de l’huile essentiel de bergamotte ou de je ne sais quoi et l’aurait vendu a prix d’or en disant que c’etait le thé de la reine ou je ne sais quoi! quelqu’un en sait il plus sur cette histoire! merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *