- L'île aux épices - //ileauxepices.com/blog -

Quels sont les dangers et effets indésirables du curcuma ?

curcuma danger contre indication effets secondaires

Les effets secondaires du curcuma


curcuma danger contre indication effets secondaires


Le curcuma est une épice excellente pour la santé et possède des bienfaits sur la santé exceptionnels. Cependant, dans certains cas, et comme toutes les plantes de phytothérapie, il peut occasionner certains effets nocifs indésirables, c’est pour cela qu’il convient de connaître quels sont ces effets néfastes et quand peuvent-ils survenir avant d’en consommer.

Si vous ne faites pas parti des cas ci-dessous, alors pouvez acheter du curcuma de qualité [1] sans hésiter !

Les dangers : une question de dosage

Il faut bien comprendre que tout dépend du dosage. On consomme le curcuma sous forme de gélules, de comprimés, de complément alimentaire, d’épices, de racines séchées, de racines fraiches, et chaque forme de curcuma possède une concentration différente en curcumine.

La poudre, les racines séchées et fraiches sont généralement à usage alimentaire, et, hormis les contre-indications et éventuelles interactions médicamenteuses citées ci-dessous, elles ne présentent pas de danger.

Ce sont surtout les gélules, comprimés et compléments alimentaires qui peuvent poser problème, s’ils sont hautement dosés. Dans ce mode de prise, il faut toujours se reporter à la notice d’utilisation et à un avis médical.

Découvrez comment utiliser le curcuma pour la santé [2] pour en savoir plus.

Quelles sont les contre-indications du curcuma ?

Par précaution, le curcuma est contre-indiqué chez les personnes :

Ces personnes doivent prendre conseil auprès de leur médecin avant de prendre du curcuma, alimentaire ou thérapeutique.

Si vous souffrez d’ulcère à l’estomac ou de duodénum, évitez de consommer le curcuma en dose élevée, car il pourrait augmenter l’irritation. À dose alimentaire, cela ne pause pas problème.

Quels sont les effets indésirables du curcuma ?

Les effets secondaires du curcuma sont rares, voire inexistants. Selon la recherche médicale, l’effet du curcuma frais et de la poudre de curcuma dans l’alimentation est sans danger, s’il a bien été choisi (de qualité, sans pesticides ni additifs, etc.) : consultez notre article sur comment bien choisir son curcuma [3], afin de bien le sélectionner et ainsi éviter tout effet indésirable lié à sa qualité. À dose alimentaire, il ne pose donc pas de problème.

Cependant, le curcuma à haute dose, peut entraîner certains effets indésirables, mais sans conséquence grave, s’il n’y a pas d’allergie.

Les effets néfastes les plus courants sont :

Un réel surdosage peut aller jusqu’à entrainer des nausées et des vomissements.

Le curcuma pendant la grossesse et allaitement

Par principe de précaution, l’agence européenne du médicament préconise de ne pas prendre de curcuma pendant la grossesse ou l’allaitement, hors usage alimentaire. Il n’y a donc pas de souci à mettre un peu de curcuma dans la nourriture, mais pas de cure.

Pourquoi ? Parce que le curcuma est utilisé pour traiter l’absence de menstruation et pour aider l’élimination du sang stagnant, de plus, en grande quantité, il pourrait stimuler les contractions de l’utérus.

Des interactions probables entre le curcuma et des médicaments

Les anticoagulants

Le curcuma a des vertus anticoagulantes, donc sa consommation, alimentaire et thérapeutique, associée à un traitement anticoagulant ou antiplaquettaire, doit se faire obligatoirement avec l’avis éclairé d’un médecin.

En effet, les effets anticoagulants du curcuma vont augmenter les effets fluidifiants des médicaments, ce qui peut avoir des conséquences graves (saignements, hémorragies, ecchymoses, etc.). Des études ont montré que le curcuma peut être aussi efficace que l’atorvastatine, un anticoagulant prescrit pour son effet hypocholestérolémiant.

Parmi les médicaments anticoagulants et antiplaquettaires les plus répandus, on retrouve l’aspirine (acide acétylsalicylique), le clopidogrel (Plavix), le dipyridamole (Persantine), AVK (anti-vitamine K), la ticlopidine (Ticlid), la warfarine (Coumadine), l’énoxaparine (Lovenox), l’héparine, etc.

Attention, il n’y a pas que les médicaments qui peuvent être anticoagulants, certaines plantes ou épices peuvent aussi présenter les mêmes propriétés, parmi les plus courantes : ail [4], gingembre [5], ginkgo [6], ginseng, fèves tonka [7], etc.

Les antiacides

Les antiacides sont employés pour diminuer l’acidité gastrique, et moins souvent, pour la cicatrisation des ulcères gastroduodénaux.

Le curcuma pourrait inhiber l’action des antiacides et entraîner certains effets secondaires tels que des ballonnements, gaz, douleurs thoraciques, nausées et crampes d’estomac. L’association pourrait même avoir les effets inverses des antiacides, c’est-à-dire augmenter la sécrétion acide.

C’est surtout le cas chez les personnes qui souffrent de reflux gastro-œsophagien.

Les antiacides les plus courants sont la cimétidine (Tagamet), le famotidine (Pepcid), la ranitidine (Zantac), Raniplex, Nizaxi, l’Oméprazole, Maalox, Rocgel, Xolaam, etc.

Les antidiabétiques

Le curcuma possède des vertus antidiabétiques, donc en associant l’épice à la prise de médicaments antidiabétiques, on augmente leurs effets, et cela peut entraîner des effets indésirables comme une hypoglycémie, une transpiration excessive, des tremblements, troubles de la vision, vertiges, anxiété, etc.

Parmi les antidiabétiques les plus courants, on retrouve les biguanides, les sulfonylurées, les méglitinides, les thiazolidinediones, les inhibiteurs de la DPP-4, des inhibiteurs de SGLT2, les inhibiteurs de l’alpha-glucosidase, les chélateurs de l’acide biliaire, etc.

Les anti-inflammatoires

Parmi toutes les propriétés du curcuma [8], on retrouve ses vertus anti-inflammatoires, c’est d’ailleurs souvent pour cela qu’il est consommé, donc si vous prenez des anti-inflammatoires, alors cela peut provoquer une surdose et entraîner certains effets indésirables.

En effet, le curcuma serait aussi efficace que le paracétamol et les anti-inflammatoires non-stéroïdiens, pour soulager tout type d’inflammation [9], notamment pour l’arthrose, la colite ulcéreuse, etc.

Cependant, il existe des études, notamment une étude italienne, qui a montré que l’association du curcuma avec un traitement anti-inflammatoire non-stéroïdien, permettait accélérait la guérison. Malgré tout, demandez conseil à votre médecin, si vous faites parti de cette catégorie, avant de prendre du curcuma.

Pour conclure, il est toujours important de rappeler que ce n’est pas parce qu’un produit est naturel, qu’on peut faire n’importe quoi. Les effets des épices sont bien réels et efficaces, c’est pourquoi il faut prendre des précautions et s’informer avant de se lancer dans une cure.

Rappelons que l’usage alimentaire, sauf en cas d’interaction médicamenteuse ou de contre-indication avérée, ne pose pas de problème.


Sur l’Ile aux épices, nous avons sélectionné pour vous la meilleure qualité de curcuma longa, en poudre ou racine, cela au meilleur prix :

Acheter du curcuma [1]


Pour aller plus loin…

Pour aller plus loin sur cette fabuleuse épice jaune, consultez :

Se blanchir les dents avec du curcuma [10]

Comment utiliser le curcuma pour la peau ? [11]

Le curcuma et le citron, une association puissante [12]

Le curcuma contre les poils du visage [13]

Comment perdre du poids avec du curcuma ? [14]

Le miel d’or au curcuma [15]

Résumé
Les contre-indications et effets indésirables du curcuma
Nom article
Les contre-indications et effets indésirables du curcuma
Description
Avant de consommer du curcuma, découvrez quels sont les effets secondaires indésirables, contre-indications, et éventuelles intéractions médicamenteuses.
Auteur