Panier  

Pas de produits

Livraison de 2.15 € à 3.95€ pour la France
Total 0,00 €

Panier Commander

Sur twitter

Sur facebook

Ginseng (blanc ou rouge)

Ginseng (blanc ou rouge)

Ginseng (blanc ou rouge)

15.07

Ajouter au panier

Produit vendu : sachet refermable de racines de ginseng asiatique séchées, blanches ou rouges (poids au choix).

Ingrédient de nombreuses médecines traditionnels, il est reconnu pour son effet tonique général, pour stimuler le système immunitaire, ou encore combattre la fatigue physique et intellectuelle.

Plus de détails

Note moyenne 

 


Ici, vous pouvez acheter du ginseng blanc ou rouge, découvrir son histoire, comment l'utiliser en phytothérapie, ses vertus pour votre santé et des recettes expliquées pas à pas.

Côté e-commerce, les frais de port évoluent suivant les quantités, de 2.15 € à 3.95 €. Vous ne paierez jamais plus cher ! 3 à 5 jours de délais de livraison (souvent, 2 jours suffisent !). Colis soigné, suivi et assuré. Paiement par carte ou chèque 100% sécurisé.


Origine : Corée (Date Limite d'Utilisation Optimale : Septembre 2022).

Autres noms : plante de la vitalité, racine de vie, plante homme, etc.

Variété : Panax ginseng C.A. Meyer (ginseng asiatique).


Quel est exactement le produit en vente ici ?

Sur cette page, nous proposons au choix des racines de ginseng blanches ou rouges, séchées, de l'espèce Panax ginseng C.A Meyer, communément appelée ginseng asiatique.

Les racines de ginseng que nous proposons sont composées de la racine, mais surtout des radicelles de la plante. Plus profondément enfouies, les radicelles sont les parties dont les teneurs actives sont les plus élevées dans la plante, d'où la grande qualité du produit que nous proposons.


Qu'est-ce que le ginseng ?

Le ginseng est une plante vivace forestière à croissance lente, devenue extrêmement rare à l’état sauvage, mais très cultivée, principalement dans ses régions d'origine : le nord de la Chine, en Mandchourie, en Corée et en Sibérie orientale.

On consomme surtout la racine (le rhizome plus précisément) de ginseng, reconnue pour son effet tonique général, pour stimuler le système immunitaire, ou encore combattre la fatigue physique et intellectuelle.

La racine de ginseng blanc possède naturellement une saveur proche de la réglisse, mais le gingembre rouge, transformé, possède un goût très âcre et amer, difficile à consommer seul (voire paragraphe suivant).

Le ginseng est la plante médicinale qui jouit de la plus grande renommée en Asie, où elle est surnommée "plante de la vitalité". C'est une plante centrale dans toutes les plus grandes pharmacopées d’Asie. On l'emploie sous forme de poudre, décoction, huiles essentielles, huile de massage, gélule, ampoule, boisson tonique, etc.

Cette plante appartient au genre Panax de la famille des Araliaceae. Parmi les dix espèces cultivées à travers le monde, seules 4 espèces appartiennent véritablement à la grande famille des espèces de "Panax Ginseng" :

- l'espèce Panax ginseng C.A. Meyer : en vente ici, aussi appelé ginseng asiatique ou coréen, elle originaire d'Asie du Nord-Est, c'est l'espèce la plus populaire.

- l'espèce Panax notoginseng ou Panax pseudoginseng : dit ginseng san qi, il est exclusivement originaire de Chine.

- l'espèce Panax japonicus : dit ginseng japonais, il est exclusivement originaire du Japon

- Panax quinquefolius : dit ginseng d’Amérique, provient exclusivement de l’est des États-Unis et du Canada.

Toutes les autres plantes, à tort appelées ginseng, n'en sont en réalité pas, c'est le cas du "ginseng péruvien" (surnom donné à la poudre de maca), du "ginseng domestique" (tribulus terrestris), du "ginseng de Sibérie" (eleutherococcus senticosus), du "ginseng des femmes" (angelica sinensis), ou encore du "ginseng du Brésil" "pfaffia paniculata), etc.

Parmi chaque espèce, il existe encore deux grands types de ginseng (tous les deux en vente ici) : le ginseng blanc et le ginseng rouge.


Quelles sont les différences entre le ginseng blanc et rouge ?

La racine de ginseng blanc est simplement nettoyée puis séchée, alors que la racine de ginseng rouge a été traitée à la vapeur avant d'être séchée, avec comme principal objectif de mieux conserver les bienfaits de la racine.

Il s'agit donc d'une même espèce, mais subissant des procédés de fabrication différents.


Le procédé de fabrication du ginseng blanc

Le ginseng blanc est une racine récoltée à partir de sa 4e année de croissance, elle est ensuite pelée, nettoyée, et enfin mise à sécher à une température douce comprise entre 30° C et 40° C, pendant plusieurs jours.

Elle n'est pas vraiment blanche à l'origine, mais le processus de fabrication et son mode de conservation ont tendance à éclaircir sa couleur.

Elle peut se conserver jusqu'à 1 an, dans un endroit frais et aéré, sans altérer ses bienfaits pour la santé. Notons que ce processus 100 % naturel donne une racine séchée suffisamment concentrée en principes actifs, sans l’être excessivement.


Le procédé de fabrication du ginseng rouge

Le ginseng rouge est une racine récoltée à partir de sa 6e année de croissance, elle est ensuite plongée dans un liquide à base de sucre, puis étuvée au-dessus d'une source de vapeur, ce qui finit par lui donner sa couleur brune ou rougeâtre caractéristique.

Il s'agit d'une méthode traditionnelle coréenne, un processus plus long et plus coûteux que le blanc, mais qui permet une meilleure conservation du produit en préservant les propriétés de la racine. Notons aussi que le processus donne à la racine une richesse active supérieure à la racine blanche.


Les différences de propriétés

On retrouve les mêmes vertus chez les deux produits, mais avec un avantage pour le ginseng rouge. En effet, grâce à son mode de production, il garde une concentration finale en saponines et en ginsénosides quasi-intacte, contrairement au ginseng blanc. Cette supériorité a fait la réputation du ginseng rouge.

On dit donc que le ginseng blanc, bien qu'énergisant, est plutôt employé pour ses propriétés régulatrices et son action sur le bien-être général, utilisé en traitement de fond, alors que le ginseng rouge, vraiment pour ses vertus tonifiantes permettant de "booster" l'organisme avec une amélioration des performances et de la vitalité, plutôt en traitement ponctuel.


Différences de saveurs

Le ginseng blanc possède une saveur douce avec une légère amertume, semblable à la réglisse, alors que le ginseng rouge possède une saveur très âcre.


Quelle est la composition du ginseng asiatique ?

Si le ginseng est un produit exceptionnel, c'est pour son incroyable concentration en ginsénosides (appelés aussi panaxosides), le principal principe actif du rhizome, mais aussi des hétérosides de triterpènes tétracycliques, des protopanaxadiol saponosides, de l'huile essentielle à monoterpènes, des acides gras, des polysaccharides, ainsi que des stérols. 

C'est aussi un rhizome à forte concentration en nutriments essentiels : acides aminés (dont les 8 acides aminés essentiels), vitamines du groupe B, vitamines C et E, antioxydants, oligo-éléments (zinc, magnésium, cuivre, fer, manganèse, potassium, cobalt, silicium, etc.), enzymes (dont amylases), choline, et de nombreux minéraux.

Sa composition unique fait du ginseng un remède naturel unique.


Quels sont les bienfaits du ginseng pour la santé ?

Selon la Commission E, le ginseng est recommandé en cas d'épuisement physique, d'épuisement mental et d’asthénie. C'est donc une plante reconnue pour son effet tonique général, physique et intellectuel.


Action tonique sur l'ensemble de l'organisme

Le ginseng asiatique (Panax Ginseng) est connu et reconnu de tous pour tonifier l'organisme des personnes fatiguées ou affaiblies, pour aider les convalescents ou les personnes âgées à reprendre des forces, ainsi qu'à rétablir la capacité de travail physique et de concentration intellectuelle.

C'est un tonique général de l'organisme qui fait partie de la famille des adaptogènes, comme la maca ou la spiruline, c'est-à-dire qu'il aide à rétablir l’équilibre général et agit de manière positive sur le bien-être général en agissant sur l'ensemble des fonctions du corps.

Le ginseng est aussi connu pour son action bénéfique sur le stress et l'anxiété, en contribuant au bien-être psychologique et en luttant contre la dépression, permettant, entre autres, de retrouver un sommeil profond et réparateur.

Les propriétés d’antioxydantes du ginseng permettent de protéger l'organisme des petites agressions du quotidien.


Action sur le système immunitaire

De nombreuses études montrent l'impact du ginseng sur le système immunitaire.

Une étude sur des sujets vaccinés contre la grippe à qui on a administré des extraits normalisés de ginseng asiatique, a montré que le ginseng a nettement diminué le risque de contracter une infection respiratoire par rapport au placebo.

Une étude canadienne menée sur des personnes atteintes de rhume a montré que la prise d’un extrait normalisé de ginseng américain a été plus efficace qu’un placebo pour réduire l’intensité et la durée des symptômes.

Une autre étude canadienne a été menée sur des personnes sujettes aux rhumes, à qui on a administré un extrait normalisé de ginseng pendant 4 mois. Résultat : seules 10 % des personnes du groupe expérimental ont eu plus d'un rhume, alors que le chiffre du groupe placebo a été de 23 %.


Effet aphrodisiaque

Le ginseng est un ingrédient essentiel des préparations aphrodisiaques dans la médecine traditionnelle chinoise, notamment en association avec le gingembre, cela afin de traiter la plupart des dysfonctionnements sexuels.

Six essais cliniques effectués sur le ginseng asiatique rouge ont conclu que le ginseng rouge peut être utile en cas de dysfonction érectile.

Une étude Coréenne sur l'amélioration de la fonction sexuelle chez des femmes ménopausées grâce au ginseng montre des résultats prometteurs.


Action sur le diabète de type 2

Il existe de nombreux essais afin de vérifier l’effet du ginseng sur le taux de glucose sanguin chez les personnes souffrant diabétiques ou non.

Une synthèse de ces études publiée en 2006 affirme que la plante a eu un effet bénéfique au cours de la majorité des essais, même si, toujours d'après cette synthèse, les données ne permettent pas d’établir un protocole de traitement.


Action sur les fonctions cognitives

La Commission E et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) reconnaissent l'usage du ginseng asiatique pour rétablir la capacité de travail physique et de concentration intellectuelle.

Des essais cliniques ont été menés et ont montré un impact positif du ginseng sur la mémoire à court terme, la concentration, la vigilance, les réflexes, et des performances cognitives générales.

Deux études ont comparé les effets du ginseng asiatique comme adjuvant à un traitement sur des personnes atteintes de maladie d'Alzheimer, à ceux d’un traitement classique seul. Résultat : le traitement avec ginseng a donné des résultats nettement supérieurs au traitement classique.


Pour cet effet, le ginseng est souvent associé à l'ail noir, un autre stimulant des fonctions cérébrales.

Amélioration des symptômes liés à la ménopause

Un des usages traditionnels de la racine est pour soulager les symptômes de la ménopause : bouffées de chaleur, prises de poids, bien-être psychologique, fatigue, etc.

Un essai préliminaire mené auprès de 12 femmes aux prises avec des symptômes graves de ménopause, a montré que la prise de 6 g de ginseng rouge asiatique quotidiennement pendant 1 mois a réduit la fatigue, l'insomnie et la dépression des sujets.


Action sur la prévention et traitement du cancer

Seules des études asiatiques se sont penchées sur le sujet, dont un essai clinique avec placebo, certes positifs, mais ne permettant pas de conclure de manière catégorique sur l'efficacité du ginseng pour prévenir ou traiter le cancer.

En revanche, de nombreuses recherches épidémiologiques et d'études cas-témoins ont été menées en Corée et en Chine.

En Corée, elles ont montré une diminution du risque de cancer chez les sujets qui consomment du ginseng asiatique.

En Chine, des chercheurs ont suivi durant 3 à 4 ans un groupe de 1 455 femmes chinoises souffrant d’un cancer du sein. Deux faits ont été mis en évidence :

- le taux de survie était supérieur chez les femmes qui prenaient régulièrement du ginseng avant que le cancer ne soit diagnostiqué.

- la qualité de vie de celles qui ont consommé du ginseng après avoir reçu leur diagnostic a été améliorée.


Usage comme traitement adjuvant du cancer

Une étude a été menée sur le ginseng comme traitement adjuvant du cancer, particulièrement pour lutter contre la fatigue extrême ressentie par les patients. Sur 3 groupes, un prenait une dose de 1 000 mg de ginseng asiatique, un autre 2 000 mg, et le troisième un placebo.

Résultat : les patients qui avaient pris du ginseng ont rapporté avoir plus d’énergie, se sentir moins fatigués et avoir amélioré davantage leur bien-être général, comparés à ceux du groupe placebo.

Un essai similaire avait déjà été mené auparavant, montrant qu'une prise de 3 g d'extrait de ginseng rouge avait amélioré la qualité de vie des participants, surtout sur le plan psychologique.


Petit focus sur la médecine chinoise

Les médecins chinois considèrent le ginseng comme un tonique du Qi, la source de l'"Énergie vitale". En médecine chinoise, on lui prête la propriété d'accroître la force et le volume du "Sang", sachant que le concept de "Sang" en médecine chinoise a un sens bien plus large qu’en médecine occidentale.

Il y est prescrit afin d'augmenter la vitalité, de stimuler l'appétit, de calmer l'"Esprit" et de procurer de la "Sagesse".


Autres bienfaits

Le ginseng est réputé pour diminuer la tension artérielle (aux doses prescrites), pour lutter contre le mauvais cholestérol, et pour protéger de manière préventive des maladies cardiovasculaires.




Comment utiliser le ginseng ?

Combien de temps dure une cure ?

C'est très variable, citons donc 3 différentes cures parmi les plus répandues :

- selon la Commission E, une cure dure généralement 3 mois
- selon la tradition russe, une cure dure entre 10 à 15 jours, suivie de 10 à 15 jours de pause avant d'éventuellement reprendre
- selon la médecine traditionnelle chinoise, il n’y a pas de limites de temps à une cure

En général, il faut attendre au moins 10 jours de cure avant de ressentir les premiers effets, par contre, une fois présents, les bienfaits sont plutôt durables dans le temps.


Pour quelle posologie ?

Faites une décoction en mettant 1 à 3 g de racines de ginseng séchées dans 150 ml d'eau, puis faites bouillir pendant 10 à 15 min, laissez refroidir un peu, filtrez, et c'est prêt.

À cause de ses effets stimulants, il est recommandé de consommer le ginseng le matin.

Si vous réduisez le ginseng en poudre, prenez 1/2 cuillère à café de poudre dans un peu de boisson chaude, de miel ou de compote, le matin.


Contre-indications et précautions d'usage

Il est conseillé de prendre conseil auprès de son médecin avant de se lancer dans n'importe quelle cure. Consultez votre médecin si vous prenez un traitement pour le diabète, pour la tension artérielle, ou un traitement anticoagulant.

Le ginseng peut augmenter l'effet des aliments, plantes ou suppléments aux propriétés stimulantes : café, thé, guarana, etc.

Le ginseng peut augmenter l'effet des plantes, suppléments ou médicaments ayant des propriétés hypoglycémiantes : psyllium, cannelle, fenugrec, spiruline, etc.

Bien qu'il semble que la plante n'exerce pas d'action oestrogénique, certains recommandent de ne pas consommer de ginseng pour les patientes ayant souffert d'un cancer hormonodépendant ou dont le risque de contracter ce type de cancer est élevé.

Par principe de précaution, le ginseng est déconseillé chez les femmes enceintes et celles qui allaitent.

En respectant les dosages, le ginseng ne présente pas d’effets indésirables. En surdosage, certains symptômes peuvent survenir : hypertension, nervosité, irritabilité, insomnie, diarrhée, etc. Ces symptômes sont survenus après consommation de très grandes quantités de ginseng (jusqu’à 15 g par jour).


Pour la petite histoire

Pour information, le nom de Panax vient du grec "pan" (tout), et "akos" (remède), une racine qui soigne tout, ou panacée. Pour le terme "ginseng", il vient du Mandarin "Ren Shen" qui signifie "Homme Racine, car la racine ressemble à une forme humaine. Étonnamment, en Amérique, la tribu amérindienne Chippewa appelait le ginseng américain shte-na-bi-o-Dzhi-bih, "l'homme-racine".

On pense que le ginseng est originaire des montagnes de Chine, dans la région de la Mandchourie, entre la Corée du Nord et la Chine. On sait que cette espèce fait partie de la pharmacopée de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) depuis au moins 5 500 ans.

En effet, à cette date, l'empereur Shennong, aussi connu sous le nom de Yandi ou bien de l'Empereur Jaune, à qui l'on attribue l'origine de la médecine à base de plantes, testa des centaines de plantes, parmi lesquelles le ginseng, afin d'en déterminer les vertus médicinales. Des traces écrites dans l'ouvrage "Shennong bencao jing" mentionne la racine parmi les plantes non-toxiques pouvant être consommées régulièrement et permettant d'augmenter l'énergie vitale.

D'après certains historiens, les premières références au ginseng se trouvent dans les Vedas, les textes sacrés de l'Inde ancienne, datant de plus de 5 000 ans, où une plante est décrite comme une plante aux propriétés médicinales capables de tonifier l'organisme pour "générer la force et la santé". Il s'agirait du ginseng.

Au cours de la dynastie Liang (502-557), le ginseng était réservé à l'Empereur et à sa famille. L'empereur pouvait autoriser quelques notables à en faire usage de manière ponctuelle, et à prix très élevé, les sources parlent d'un gramme d'or pour un gramme de ginseng ! Le rhizome ressemblant à un homme, les guérisseurs utilisaient alors la partie de racine correspondant à l'endroit où le patient souffrait.

On attribue généralement l'arrivée du ginseng en Europe à Marco Polo qui fut séduit par le ginseng, mais il est plus probable que nous devons la connaissance du ginseng aux marchands Maures, autour de 1000 avant J.C.

On dit que Louis XIV était friand du ginseng que lui fit découvrir le roi de Siam, séduit par ses effets aphrodisiaques. Nous sommes au 17e siècle, et un véritable marché économique se met alors en place autour de la fameuse racine.

Avec l'engouement autour de la plante, particulièrement en Chine, la recherche du ginseng sauvage devient intensive et on a vu une surexploitation des racines, qui sont devenues de plus en plus rares.

Le ginseng américain (Panax quinquefolius) arrive en Chine au 18e siècle, après sa découverte dans la région de Montréal par un missionnaire jésuite. Les herboristes et médecin chinois l'ont alors adopté pour sa similitude avec le ginseng asiatique, malgré quelques différences.

Cette adoption a failli faire disparaître le ginseng américain sauvage, car la demande chinoise était bien supérieure aux quantités poussant naturellement. En effet, vers 1850, près de 230 000 kg sont exportés vers l'Asie !

Ajouté à cela l’exploitation commerciale des forêts canadienne, le ginseng américain sauvage a pratiquement disparu au début du 20e siècle. Les premières tentatives de culture ne fonctionnent pas. Le ramassage du ginseng est alors interdit, et encore de nos jours.

D'ailleurs, même en Chine et en Russie, le ginseng est classé comme plante protégée, l'exportation des graines est interdite et la récolte du ginseng sauvage illégale.

Les premières cultures de ginseng ont lieu en Corée vers la fin du 17e.

Le ginseng entre officiellement dans la pharmacopée japonaise en 1943 et dans la pharmacopée russe en 1961, où la plante fut étudiée sous toutes ses coutures par le célèbre toxicologue russe, Nicolaï Lazarev, à qui on doit le concept de plante adaptogène, en gros une plante qui augmente la résistance de l'organisme aux divers stress qui l'affectent, et régularise l'ensemble des fonctions de l'organisme.

Il faudra attendre la seconde partie du 20e siècle pour voir la notoriété du ginseng grandir en Europe occidentale, notamment grâce aux recherches du Dr Brekhman qui dirige des études sur les plantes adaptogènes, avec en tête de fil le ginseng. Il prouve alors scientifiquement les effets de la plante, qui sera inscrite dans la pharmacopée française en 1974.

On en trouve aujourd'hui dans toutes les pharmacies et herboristeries, comme complément alimentaire.

La quasi-totalité du ginseng est aujourd'hui cultivée en champ, sous ombrières, particulièrement en Chine et Corée pour l'espèce Panax, ou aux États-Unis et au Canada pour l'espèce quinquefolius.

Note 
stéphane b
11/02/2019

Efficacité au rendez-vous

J'ai acheté les deux, le ginseng blanc et le rouge, verdict : je préfère le blanc, surtout en terme de goût, je le trouve très agréable et donc plus facile à consommer. Il est vrai que j'ai vu une différence en terme d'effet, le rouge paraît plus "fort", mais je préfère l'effet du blanc qui a l'air d'agir plus en profondeur, moins violemment, mais plus durablement. Ce n'est que mon avis. En tout cas, les deux sont de très bonne qualité, pour un très bon prix, je recommande vivement, comme à chaque fois avec l'île aux épices. Merci.

    Donnez votre avis

    Ginseng (blanc ou rouge)

    Ginseng (blanc ou rouge)

    Produit vendu : sachet refermable de racines de ginseng asiatique séchées, blanches ou rouges (poids au choix).

    Ingrédient de nombreuses médecines traditionnels, il est reconnu pour son effet tonique général, pour stimuler le système immunitaire, ou encore combattre la fatigue physique et intellectuelle.

    Donnez votre avis

    Les personnnes qui ont acheté ce produit ont également acheté :