Panier  

Pas de produits

Livraison de 2.15 € à 3.95€ pour la France
Total 0,00 €

Panier Commander

Sur twitter

Sur facebook

Sucre de fleurs de Palmier

Sucre de fleurs de Palmier

Sucre de fleurs de Palmier

2.37

Ajouter au panier

Disponibilité : En stock

Produit vendu : sachet refermable de sucre de fleurs de parlmier (poids au choix).

Un édulcorant sain et naturel, considéré comme un sucre, issu de la sève des fleurs de palmier, caractérisé par son incroyable saveur et son indice glycémique très bas !

Plus de détails

Note moyenne 


Ici vous pouvez acheter du sucre de palme, découvrir qu'est-ce que c'est, son histoire, l'utilisation en cuisine et ses vertus pour votre santé.

Côté e-commerce, les frais de port évoluent suivant les quantités, de 2.15 € à 3.95 €. Vous ne paierez jamais plus cher ! 3 à 5 jours de délais de livraison (souvent 2 jours suffisent !). Colis soigné, suivi et assuré. Paiement par carte ou chèque 100% sécurisé.




Origine : Cambodge (Date Limite d'Utilisation Optimale : Juillet 2026).

Autres noms : gur (en Inde), miel de palme, l'âme du Cambodge, etc.

Qu'est-ce que le sucre de palmier ?

Le sucre de palme est un sucre issu de la sève des fleurs du palmier sucrier Arenga Pinnata, dit palmier de Palmyre, qui pousse en climat tropical, principalement dans l'Asie du Sud-est.


C'est en fait un édulcorant et non un sucre au sens propre du terme. Un édulcorant est une substance ayant un goût sucré, mais qui n'est pas du saccharose, mais ici du fructose, ce qui fait du sucre de palme un "sucre" avec un indice glycémique particulièrement bas, c'est-à-dire qu'il est moins chargé en glucide que le sucre classique et son impact sur le taux de glycémie est moindre.

Parmi les meilleurs édulcorants au monde, citons le sucre d'érable ou encore le sucre de fleurs de coco.

Il est issu des grappes de fleurs femelles de l'arbre, donc très riche en fructose et en nutriments : oligoéléments, minéraux, etc.

On pense qu'il s'agit de la plus ancienne forme d'édulcorant employé par l'homme.

Il est commercialisé sous différentes formes : petits pains, galettes de la taille de boîtes de thon, granulés, poudre, blocs, pâtes malléables, bonbons, etc.


Quelles sont sa saveur et sa consistance ?

Le sucre de palme, bien sûr non raffiné, possède une couleur jaune-marron et une texture douce, onctueuse et aérienne. Son pouvoir sucrant est légèrement supérieur au sucre blanc.

Au nez, on décèle des arômes de grains de café torréfiés, voire grillés.

C'est un sucre savoureux, avec un goût caramélisé, légèrement épicé et mielleux. On décèle une pointe fruitée très agréable.


Y a-t-il un rapport avec l'huile de Palme ?

Non, aucun rapport. Le sucre et l'huile de Palme ne proviennent pas de la même espèce de palmier, une famille qui compte plus de 2500 espèces.

L'huile de palme est une huile végétale issue du palmier à huile, le Elaeis Guineensis, contrairement au sucre de Palme qui vient de l'Argenta Pinnata, qu'on appelle thnot au Cambodge.

L'huile de palme représente 28% de la consommation mondiale d'huiles et de graisses, car c'est une huile très rentable, qui résiste bien à la cuisson et qui se solidifie à température ambiante. Le problème, c'est que pour faire de la culture de palmier à huile, il faut défricher de nombreuses forêts, dont des forêts primaires, soit environ un million d'hectares chaque année.

Cela entraîne de nombreuses conséquences néfastes : les arbres ne jouent plus leur rôle d'absorbeur de gaz à effet de serre, le CO2 emprisonné a un impact très négatif sur l'environnement, les forêts sont des lieux de grande biodiversité que l'on détruit pour planter les palmiers.

Des espèces comme le rhinocéros, le tigre ou l'orang-outang sont aujourd'hui menacées. Des peuples dépendant de la forêt sont aussi menacés.

Bref, l'huile de palme est une catastrophe écologique, tout en étant mauvaise pour la santé de l'homme, alors que, comme nous allons le voir, le sucre de palme est un sucre écologique, durable, et plutôt bon pour la santé (pour un sucre).


Un sucre écologique et durable :

Le palmier à sucre, qu'on appelle aussi "sugar palm", "black sugar palm" ou encore "gomuti palm", dont il est tiré, peut atteindre 20 mètres de hauteur et peut produire jusqu'à 20 litres de sève par jour !

La culture du palmier ne nécessite aucun pesticide, ni engrais, très peu d'eau et il résiste bien au feu en cas d'incendie. L'arbre est capable de produire de la sève même en cas de sécheresse.

Au-delà du sucre, tout l'arbre est utilisé, rien ne se perd.

On n'utilise pas seulement le nectar des fleurs, mais aussi la sève de l'arbre, utilisée pour confectionner des vinaigres, des boissons et de l'alcool.

Le palmier à sucre produit également du bioéthanol, contribue à l'apiculture, et fait un excellent combustible. On s'en sert pour produire de l'amidon, mais aussi des médicaments, ainsi de la nourriture pour les humains et les animaux : transformé, il produit un substitut au riz ainsi que de la farine.

Les fibres de l'arbre servent aussi à la fabrication de cordes résistantes à l'eau douce et salée, ainsi qu'aux incendies. Les pétioles sont utilisés en vannerie et marqueterie, et les jeunes feuilles comme papier à cigarettes.

Les poils des gaines servent à allumer du feu, la partie externe du tronc est utilisée dans la fabrication des planchers, meubles, instruments de musique, etc.

Avec la racine de l'arbre, on confectionne un répulsif pour les insectes, mais des remèdes naturels, notamment pour les troubles vésicaux.


Quels sont les bienfaits du miel de palme pour la santé ?

Attention, même si c'est un édulcorant, il ne faut pas en abuser non plus !

Le sucre de palme se distingue des autres sucres par son indice glycémique particulièrement bas. Cet indice est de 30, alors qu'un sucre de betterave classique, comme les perles de sucre, a un indice de 70, et un sucre de canne de 65.

L’index glycémique (IG) permet de classifier les aliments selon leur taux de glucides et leur effet sur la glycémie, c'est-à-dire le taux de glucides dans le sang.

Plus un aliment a un index glycémique élevé, plus il va faire monter la glycémie, plus le pancréas devra produire d’insuline pour rééquilibrer la glycémie. Avec le temps, l'organisme va développer une résistance à l'insuline, qui, en perdant de son efficacité ne va plus équilibrer la glycémie. En conséquence : diabète de type 2, obésité, hypertension, etc.

Attention, contrairement à ce qu'on peut lire, ce n'est pas pour cela que les personnes atteintes de diabète doivent en consommer sans surveillance, ils devraient juste le privilégier en cas d'usage.

L'indice glycémique est un facteur de prise de poids, car un aliment avec un fort taux va d'autant plus favoriser le stockage des graisses.

Le miel de palme est donc à privilégier pour éviter une prise de poids et tous les maux qui en découlent : diabète, maladies cardiaques, etc.

Il est aussi naturellement riche en fructose, en minéraux et oligo-éléments comme le Phosphore, le Magnésium ou encore le Potassium.


Comment est-il fabriqué ?

Il n'est donc pas issu de la canne à sucre comme le sucre noir d'Okinawa, ou encore le sucre muscovado, mais bien d'une fleur de palmier.

La technique est ancestrale. Il est produit par des coopératives de paysans. Tout commence avec de beaux palmiers en fleur. Chaque matin, les paysans doivent grimper au sommet des palmiers pour couper les bourgeons des fleurs femelles, et ainsi faire couler la sève des fleurs.

Le liquide sucré coule dans un bambou fixé sur l’arbre qui sert de récipient. Le nectar sucré est alors ramené à la sucrière, pour être dans un premier filtré pour enlever les impuretés, puis lentement chauffé afin d'évaporer l'eau et le transformer en une mélasse à l’aspect sirupeux et collant. On met au fond des récipients où il chauffe, les bampong, une pâte à base de chaux afin que le sirop ne fermente pas.

Le premier sirop, ou sirop de palmier frais, s'utilise pour confectionner un alcool local. Aussi appelé "miel", on l'utilise un peu comme le sirop d'érable, notamment dans îles Canaries, où on l'utilise en assaisonnement des salades composées.

On continue ensuite la chauffe de ce sirop pendant 4 à 5 h jusqu'à obtenir un sirop encore plus dense. Ce sirop est ensuite cristallisé dans d'immenses poêles, où il est constamment battu avec un bâton, pour ensuite être versé dans des tubes de bambou afin que le sucre puisse obtenir une forme cylindrique et refroidir, jusqu'à donner ce qu'on appelle un pain de sucre.

On utilise les pains de sucre de palme en les râpant au fur et à mesure des besoins, ou sinon, on les coupe en tranches avec un hachoir.

Au Cambodge, on conditionne ensuite le sucre de palme dans des emballages naturels confectionnés avec des feuilles de palmier tressées.


Comment bien le conserver ?

C'est un sucre naturellement humide qui ne contient pas d'antiagglomérant, il peut donc avoir tendance à former des gros blocs. Cela ne signifie pas qu'il soit de mauvaise qualité, au contraire !

Dans la mesure du possible, conservez-le à l'abri de la lumière et de l'humidité, une boîte hermétique sera parfaite.


Comment utiliser le sucre de palme en cuisine ?

Absolument partout dans la cuisine sucrée, il n'y a pas de recette qu'il ne sublimera pas ! Il apportera une texture moelleuse, une jolie couleur dorée, et un parfum caractéristique.

Servez-vous en comme remplaçant à la cassonade pure ou le sucre blanc classique.

Dans la cuisine sucrée :

Vous pouvez utiliser le sucre de palme dans tous vos desserts et préparations sucrées. Employez-le pour faire un sirop de sucre pour napper des fruits, salades de fruits, gâteaux, gaufres, crêpes, etc.

Si vous n'avez pas le temps de faire un sirop, saupoudrez-le directement.

Il sucre tout en parfumant les préparations à base de lait : crème pâtissière, crème brûlées, fromage blanc, etc.

Il est parfait pour sucrer et aromatiser les boissons : smoothies, chocolats, thés, infusion, rooibos, granités, jus, cocktails, etc.

Au Vietnam et au Cambodge, il permet de sucrer les "tiers", c'est-à-dire les "desserts" préparés avec du tapioca multicolore et du lait de coco, les yaourts maison et le tau hu (tofu). Il sert aussi pour préparer des bonbons. C'est l'ingrédient de base des desserts asiatiques, bien que la notion de dessert n'existe pas vraiment dans cette cuisine.

Je m'en suis déjà servi pour faire un pralin de noisettes, c'était succulent.


Dans la cuisine salée :

C'est un très bon sucre pour la cuisine sucrée-salée typiquement asiatique. En Thaïlande, on utilise le sucre de palme pour lier les saveurs entre elles, et atténuer le piquant des piments utilisés dans la cuisine thaï. Au Cambodge, on le retrouve dans de nombreux plats traditionnels comme par exemple le fameux porc au caramel ou encore le poisson au sucre de palme. 

Ajoutez-en pour donner du caractère à vos sauces. Je trouve que le sucre de palme fait un carton dans les sauces currys et les sauces indiennes en générales, mais aussi dans les sauces tomate, les sauces salades, etc.

D'ailleurs, ajoutez-en une pincée dans vos salades, particulièrement sur du fromage de chèvre, fromage frais, ou comme les Canariens dans une salade composée avec avocats, bananes, tomates, concombres et oignons.

Il est très bien pour laquer des viandes : canards, porc, côte de veau, poulet, etc.


Pour la petite histoire :

Ce sucre provient principalement du Cambodge, mais aussi de Thaïlande, Bali, Malaisie, Vietnam, Inde, etc.

C'est un produit très ancien au Cambodge, il serait même le plus ancien édulcorant qui soit, connu bien avant le sucre de canne, à l'époque où on ne sucrait qu'avec du miel.

Cependant, à l'image du poivre de Kampot, le sucre de palme a failli disparaître durant la guerre des Khmers rouges, où le savoir-faire de l’élaboration de ce sucre a été perdu. C'est grâce à quelques paysans Cambodgiens que le savoir-faire a perduré.

Aujourd'hui, c'est une richesse nationale au Cambodge, c'est aussi un des emblèmes du pays.

Si vous allez visiter ce beau pays, arrêtez-vous dans un village qui fabrique du sucre de palme. On peut l’acheter partout dans le pays, du bord des routes jusqu'aux villages les plus reculés. Le déguster sur place, c'est quelque chose !

Si un jour vous passez à Phnom Penh, visitez le showroom Confirel, à deux pas du Palais royal et du musée national, pour y découvrir le sucre de palme et tous ses dérivés.

Note 
Patricia P
16/12/2017

Très bon

J'ai l'habitude d'utiliser du sucre de fleurs de coco, j'ai voulu comparer, je ne sens pas de différence, pour moi, l'un est aussi bon que l'autre.

    Donnez votre avis

    Sucre de fleurs de Palmier

    Sucre de fleurs de Palmier

    Produit vendu : sachet refermable de sucre de fleurs de parlmier (poids au choix).

    Un édulcorant sain et naturel, considéré comme un sucre, issu de la sève des fleurs de palmier, caractérisé par son incroyable saveur et son indice glycémique très bas !

    Donnez votre avis